En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
Vous êtes ici :   Accueil »
    Imprimer la page...

Nouvelles

Les nouvelles actives sont postérieures au 03/10/2014
Les nouvelles antérieures sont consultables dans les  Archives des nouvelles
Snow Games,nouveaux projets...Et la Nature ! - le 27/05/2008 10:06 par Staff
Snow Games, nouveaux projets d’exploitation des carrières, convention avec la ville… Et la nature dans tout ça ?

Lettre ouverte de la C.S.C.L.( *) aux autorités lessinoises et aux sociétés carrières.
Communiqué de presse du 26 mai 2008,


(*) Coordination pour la Sauvegarde des Carrières de Lessines (Natagora, Action Nature asbl, Connaissance et protection de la Nature du Brabant, Inter Environnement Wallonie, Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux, Les Naturalistes de la Dendre, Milieufront Omer Wattez, Réserve naturelle de Prés Rosières, Natuurpunt - Boven Dender, t’Uilekot, Climat et Justice Sociale, Les Amis de la Terre Ath-Lessines, Association pour la Découverte de la Nature asbl, La Garance Voyageuse, Régionale Ecolo du Centre, Locale Ecolo de Lessines, c-i-a-o )

S’il n’existait à Lessines depuis des années un groupe d’opposants au tonitruant projet Snow Games, qui aurait jamais entendu parler de nature à Lessines (1)

Car en effet, les carrières désaffectées de Lessines étaient jusqu’à il y a peu des sites quasiment oubliés. Seuls les anciens de Lessines se souvenaient de l’emplacement de ces « trous », pour beaucoup comblés, ou bien cachés depuis plus d’un demi-siècle sous une épaisse végétation conquérante.

Tantôt traitées de « chancres industriels » par certaines autorités locales, tantôt utilisées comme décharges publiques ou sauvages (à l’époque où la législation tolérait encore à peu près tout et n’importe quoi), ou même promises à un avenir de décharge autorisée, les carrières abandonnées souffraient d’une bien triste image, calquée sur l’ambiance terne et morose d’une ville de Lessines marquée par le marasme social et économique.

Seuls quelques individus passionnés se sont intéressés peu à peu à ces lieux désertés par l’industrie : amateurs d’archéologie industrielle, historiens locaux, géologues, photographes, naturalistes, et… plongeurs, qui trouvèrent dans ces endroits insolites matière à émerveillements, passions, et partage.

Quelle surprise alors, lors de reportages, de visites guidées, ou d’expositions, de découvrir l’ampleur de ces paysages magnifiques, cachés jusqu’ici aux yeux de tous. Car ces sites méconnus n’ont rien à envier à pas mal de destinations de vacances lointaines, sinon leur absence totale de mise en valeur !

Quel dommage qu’il ait fallu attendre qu’un Snow Games menace l’intégrité de l’un de ces plus beaux sites pour qu’on se rende compte de l’existence d’une telle richesse naturelle au sein de Lessines.
Qui sait en effet que Lessines et Quenast exploitent le porphyre de 2 sites tout à fait uniques et exceptionnels d’un point de vue géologique ?
Qui connaît les merveilleuses orchidées et autres plantes protégées cachées en quelques recoins perdus des anciennes carrières parmi les herbes folles ?
Qui pourrait dire le nombre d’espèces d’oiseaux que les carrières abritent depuis tant d’années d’abandon ?
La lecture des dossiers d’études d’incidence, et les inventaires publiés ces dernières années par les associations de défense de l’environnement donnent enfin à tout un chacun une idée de toute la richesse naturelle de ces carrières retrouvées, et même désignées parmi les sites de grand intérêt biologique par la région wallonne.

Aujourd’hui, plus de 10.000 personnes ont signé une pétition pour la conservation du site carrier menacé par « Snow Games ». Plus encore ont découvert sur notre site des photos inédites de ces magnifiques carrières jusqu’alors ignorées…Verra -t’on alors enfin la ville de Lessines, les autorités régionales, les propriétaires carriers, s’intéresser à ces richesses naturelles qui pourraient contribuer à donner de Lessines une image attractive, basée sur ses richesses culturelles, son patrimoine historique et paysager ?
Verra t’on surtout enfin tous ces décideurs et « mangeurs de paysages » changer fondamentalement d’attitude face aux défenseurs de la nature – en les considérant comme des partenaires plutôt que comme des ennemis, en ouvrant enfin un dialogue franc, sain et constructif ?

Rien jusqu’ici ne le laisse présager. Pire même, des espèces protégées continuent à être détruites –en connaissance de cause ! (3), et les bouleversements annoncés par la convention de décembre conclue entre les carrières, la ville de Lessines et Snow Games ne s’accompagnent d’aucune mention qualitative sur l’environnement naturel des vastes terrains qui seront profondément meurtris. Rappelons que sur la vingtaine de carrières que comptait encore Lessines dans les années 50, seules quelques-unes n’ont pas été comblées. Certaines d’ailleurs sans aucun contrôle sur les matières déversées !Ces temps-là sont heureusement révolus, mais le détricotage progressif des sites semi naturels lessinois survivants ne connaîtra jamais de fin si des mesures d’aménagement respectueuses des habitants, du paysage et de la nature ne sont pas enfin statuées. (3)

C’est pourquoi les associations de protection de la nature réunies dans la CSCL plaident pour la soumission urgente d’un audit nature à toutes les parties concernées, qui servirait de base -au moins ! - à un plan de sauvetage durable de quelques sites abandonnés parmi les plus représentatifs et les plus riches en biodiversité.

Quelques aménagements peu coûteux suffiraient ensuite à assurer la conservation et la mise en valeur de quelques zones-phares susceptibles, à la fois de préserver les milieux et les espèces les plus rares, et d’intéresser un large public à visiter les sites les plus attractifs.

Les associations environnementales veulent relever ce défi, et s’investir dans des projets qui associent préservation de l’environnement et développement économique durable (4).
Quelques futurs aménagements prévus pour les carrières en exploitation vont également dans ce sens, preuve que les impératifs économiques peuvent parfois harmonieusement se combiner avec les défis environnementaux (5),

Reste à convaincre la ville, les autorités wallonnes et les sociétés privées de l’utilité et de l’intérêt de coupler le développement de la commune au respect et à la mise en valeur de son patrimoine naturel !

Les associations de protection de la nature offrent clairement une opportunité de dialogue à saisir, qui pourrait déterminerait largement l’attitude et les prises de positions des habitants et des comités de défense de l’environnement face aux multiples procédures que vont entraîner les futurs projets d’ aménagements du territoire lessinois.

Sinon ceux qui ont eu la chance de visiter les zones humides de la réserve des Prés Rosières à Deux-Acren.

(2) En effet, si Snow Games détruirait incontestablement les sites les plus intéressants, il ne détruirait pas à lui seul la totalité des sites de haute valeur biologique de Lessines.

(3) Deux stations d’ophrys abeille (ophrys apifera), une des plus rares orchidées de Belgique, ont été détruites en 2007 et 2008, malgré que leur présence avait été communiquée à la ville de Lessines et aux C.U.P.Deux peupliers noirs, espèce très rare, classés sur la liste des arbres remarquables de Belgique ont été abattus en 2007 à Deux-Acren, par défaut d’information.

(4) Natura 2000 garantit la pérennité de quelques zones humides fort intéressantes du côté de Deux-Acren (dont la réserve naturelle des Prés Rosières), mais les sites carriers ne font l’objet d’aucun plan de protection européen. C’est dont au niveau local qu’il faut agir.

(5) Le projet Snow Games est évidemment exclu !

La convention CUP-Ville-Snow Games mentionne la création de quais d’embarquement pour
le transport de minerais par voie fluviale et par chemin de fer.
Source:CSCL.

Lire la suite