En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
Vous êtes ici :   Accueil »
    Imprimer la page...

Nouvelles

Les nouvelles actives sont postérieures au 03/10/2014
Les nouvelles antérieures sont consultables dans les  Archives des nouvelles
Le Gouvernement signe l'arrêt de mort de l'ours en Béarn! - le 08/06/2011 14:55 par   Staff
     

 

Communiqué de presse

Mercredi 8 juin 2011

Le Gouvernement signe l’arrêt de mort de l’ours en Béarn !

 

 

 

 

Malgré les promesses de l’an passé du lâcher a minima d’une ourse dans le Haut-Béarn, le Gouvernement fait marche arrière !


L’an dernier, Chantal Jouanno avait conclu 5 longues années d’échanges, de concertations et de réflexions par l’engagement, déjà minimaliste, de lâcher une ourse en Béarn au printemps 2011.

Bien que très insuffisant en regard de l’enjeu de la conservation de la population d’ours dans les Pyrénées, nous avions accordé notre confiance à l’État dans cette perspective d’aller « lentement mais sûrement ».

Cette voie, compromis entre les demandeurs d’un véritable plan de restauration et ceux de la disparition de l’ours, n’avait de sens qu’à condition d’avancer, lentement certes, mais de façon déterminée.

Mercredi dernier, le Gouvernement a marqué une rupture avec la politique menée de manière continue par l’État depuis plus de 15 ans. Le refus de lâcher ce printemps une ourse en Béarn signe l’arrêt de mort de cette espèce dans cette région où  elle est présente depuis des millénaires.

C’est également un véritable reniement de la parole de l'Etat, alors même que Madame Nathalie Kosciusko-Morizet lançait, en grandes pompes le 19 mai dernier, la nouvelle Stratégie Nationale de la Biodiversité… Quelle crédibilité l’État a-t-il face aux acteurs à qui il demande de s’engager sur le chemin de la préservation de la biodiversité ?

Et c’est enfin un mauvais coup porté aux Pyrénées et aux Pyrénéens. En méconnaissant les obligations européennes de la France, le Gouvernement s’expose à des sanctions pouvant aller jusqu’au gel des financements communautaires pour les Pyrénées, comme le rappelait Chantal Jouanno en juillet 2010.

La voix de la France sur les questions environnementales, fondamentales pour l’avenir, s’en trouve considérablement affaiblie.

Nous ne pouvons que condamner le décalage entre les discours et les actes sur le terrain. Ces actes menacent une fois de plus la France d’une mise à l’amende par l’Union Européenne.

 

                Yann Arthus-Bertrand                Bruno Genty                     Cécile Ostria                       Serge Orru
                Président de GoodPlanet      Président de FNE            Directrice de la FNH           Directeur du WWF


 

Source: France Nature Environnement.

Lire la suite