En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
Vous êtes ici :   Accueil »
    Imprimer la page...

Nouvelles

Les nouvelles actives sont postérieures au 03/10/2014
Les nouvelles antérieures sont consultables dans les  Archives des nouvelles
 COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Dans la réserve naturelle de l'estuaire de Seine

les oiseaux migrateurs continuent d'être chasser en toute impunité.

LPO - HN
 

Les observateurs de la LPOHN constatent avec colère que les braconniers continuent de tuer des centaines d'oiseaux migrateurs  dans la réserve naturelle de l'estuaire de Seine dans leurs gabions alors que la chasse est désormais fermée et cela en toute quiétude. Ceux ci se réunissent au marais du Hode et par dizaines vont réoccuper leurs gabions dans la plus totale illégalité.  De très nombreux tirs sont entendus durant toute la nuit.

Comme les années suivantes des oiseaux qui devraient être protégés après près de 6 mois et demi de chasse sans répit, sont tués illégalement  par centaine dans la réserve naturelle par des délinquants qui bénéficient d'une impunité scandaleuse auprès des pouvoirs publics. La LPOHN exige la fin de ces actes inadmissibles qui font de notre estuaire de Seine une zone de non droit où la protection de la biodiversité est  bafouée par une minorité de délinquants de la nature. ceux ci, non contents de pouvoir chasser 6 mois et demi dans la Réserve Naturelle braconnent ouvertement dans le marais du Hode. La LPOHN avait pourtant alerté une fois de plus le Préfet de ces actes inqualifiables dans une Réserve naturelle qui est victime par ailleurs de multiples problèmes écologiques et qui n'a pas besoin de supporter en plus un  braconnage légalisé à grande échelle où les oiseaux migrateurs qui ont survécu à une chasse intensive, continuent d'être tués alors qu'ils devraient être protégés. Nous exigeons des pouvoirs publics que ces braconniers dont leur permis de chasse doit être définitivement rétiré, soient sévèrement réprimés et condamnés.

 

Patrice BONAY

Lire la suite