En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » France Nature Environnement
 
 

Blog - France Nature Environnement


Nombre de membres 101 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


France Nature Environnement

MAYOTTE: PROJET DE PISTE D’AEROPORT DANS LE PARC NATUREL MARIN  -  par Staff

 
 

communiqué de presse

Jeudi 3 mars 2011

MAYOTTE: PROJET DE PISTE D’AEROPORT DANS LE PARC NATUREL MARIN

Le projet de piste longue de l’aéroport de Mayotte, qui va être bientôt soumis à la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), est présenté comme un atout de développement économique et touristique. France Nature Environnement (FNE) et son association membre, les Naturalistes, environnement et patrimoine de Mayotte, s’opposent à un projet, aujourd’hui obsolète, et qui, en raison des atteintes irrémédiables au lagon et au parc naturel marin qu’il engendre, va à l’opposé des intentions de développement affichées. De plus, les annonces récentes par les compagnies aériennes de l’augmentation des rotations, en utilisant l’infrastructure existante, démontrent l’inutilité de ce projet d’extension.

Pour ses partisans, la piste actuelle ne permettrait pas de liaison directe Mayotte-Paris pour les long-courriers gros porteurs. Et il faudrait construire une piste de 2600 m (voire 3000 m), sur le lagon, pour un coût estimé à 300 millions d’euros.

Un projet destructeur

La construction d’une nouvelle piste longue, sur le récif de la barrière de corail, aurait un impact désastreux sur le très fragile écosystème lagonaire, déjà très menacé par le changement climatique et de multiples agressions (assainissement embryonnaire, déchets, érosion terrestre). La zone de l’aéroport est l’une des plus riches par ses herbiers marins, sites de reproduction et nurserie pour de nombreuses espèces, espace de nourrissage pour les dugongs et tortues, plages recevant la ponte de tortues. Le chantier créerait des perturbations démesurées : arasement de deux collines pour fournir les matériaux et, surtout, immersion de 3 millions de m3 de déblais entraînant l’envasement et la mortalité des coraux dans la zone, notamment p our la partie marine de la réserve naturelle nationale de l’îlot M’Bouzi, toute proche.

La construction du deuxième quai du port de Longoni, pourtant sans commune mesure, s’était déjà soldée par des conséquences écologiques catastrophiques : destruction d’une mangrove de fond de baie, envasement et mort des coraux.

La piste existante suffit désormais à répondre à une bonne desserte de Mayotte

Grâce aux progrès considérables de l’industrie aéronautique, il est aujourd’hui possible d’assurer des vols directs entre Mayotte et Paris sans nouvelle piste. En effet, les avions actuels ont des performances très supérieures à ce qu’elles étaient lors de la genèse du projet. Air Austral a acquis deux Boeing B777-200LR capables de décoller à pleine charge de l’aéroport de Mayotte tel qu’il est. La compagnie annonce trois vols par semaine entre Paris et Mayotte à partir du 31 octobre 2011. Un quatrième vol hebdomadaire pourrait être envisagé. Corsairfly pour sa part dessert déjà Mayotte avec un aller Paris-Mayotte sans escale. Les rotations vont être portées à trois par semaine. Surtout, la compagnie vient d’annoncer qu e, sous réserve d’un aménagement très limité de la piste (40 mètres !), elle pourra desservir Mayotte avec des Airbus A330-200 capables de décoller depuis la piste existante vers Paris à pleine charge et sans escale.

Pour Michel Charpentier, président des Naturalistes, environnement et patrimoine de Mayotte : « S’obstiner dans la construction d’une piste longue serait du gaspillage d’argent public alors qu’il y a tellement d’autres urgences à Mayotte: l’assainissement, la résorption de l’habitat insalubre, la création d’équipements culturels, la construction d’établissements scolaires, l’ouverture d’un réseau de transport en commun, la recherche sur les énergies renouvelables, le raccordement au réseau haut débit… »

Pour Bruno Genty : «Les dégâts majeurs et irréversibles qu’elle causerait sur le lagon sont en totale contradiction avec le projet annoncé par un décret pris le 18 janvier 2010 par le Président de la République de création d’un Parc Naturel Marin classant le lagon de Mayotte. C’est pourquoi nous espérons que le débat public débouchera sur un avis négatif pour la construction de cette piste longue de l’aéroport de Mayotte. Bien pire, elle menacerait gravement les meilleurs atouts de l’île : sa biodiversité et son attractivité touristique. Ce projet serait également un obstacle au classement du lagon en tant que patrimoine mondial de l’humanité comme le demandent les Naturalistes de Mayotte».

France Nature Environnement et les Naturalistes, environnement et patrimoine de Mayotte, demandent aux pouvoirs publics et aux élus de reconsidérer leurs priorités et consacrer les investissements publics à des choix plus pertinents pour Mayotte. 

Source: France Nature Environnement.


 
 

communiqué de presse

Jeudi 3 mars 2011

MAYOTTE: PROJET DE PISTE D’AEROPORT DANS LE PARC NATUREL MARIN

Le projet de piste longue de l’aéroport de Mayotte, qui va être bientôt soumis à la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), est présenté comme un atout de développement économique et touristique. France Nature Environnement (FNE) et son association membre, les Naturalistes, environnement et patrimoine de Mayotte, s’opposent à un projet, aujourd’hui obsolète, et qui, en raison des atteintes irrémédiables au lagon et au parc naturel marin qu’il engendre, va à l’opposé des intentions de développement affichées. De plus, les annonces récentes par les compagnies aériennes de l’augmentation des rotations, en utilisant l’infrastructure existante, démontrent l’inutilité de ce projet d’extension.

Pour ses partisans, la piste actuelle ne permettrait pas de liaison directe Mayotte-Paris pour les long-courriers gros porteurs. Et il faudrait construire une piste de 2600 m (voire 3000 m), sur le lagon, pour un coût estimé à 300 millions d’euros.

Un projet destructeur

La construction d’une nouvelle piste longue, sur le récif de la barrière de corail, aurait un impact désastreux sur le très fragile écosystème lagonaire, déjà très menacé par le changement climatique et de multiples agressions (assainissement embryonnaire, déchets, érosion terrestre). La zone de l’aéroport est l’une des plus riches par ses herbiers marins, sites de reproduction et nurserie pour de nombreuses espèces, espace de nourrissage pour les dugongs et tortues, plages recevant la ponte de tortues. Le chantier créerait des perturbations démesurées : arasement de deux collines pour fournir les matériaux et, surtout, immersion de 3 millions de m3 de déblais entraînant l’envasement et la mortalité des coraux dans la zone, notamment p our la partie marine de la réserve naturelle nationale de l’îlot M’Bouzi, toute proche.

La construction du deuxième quai du port de Longoni, pourtant sans commune mesure, s’était déjà soldée par des conséquences écologiques catastrophiques : destruction d’une mangrove de fond de baie, envasement et mort des coraux.

La piste existante suffit désormais à répondre à une bonne desserte de Mayotte

Grâce aux progrès considérables de l’industrie aéronautique, il est aujourd’hui possible d’assurer des vols directs entre Mayotte et Paris sans nouvelle piste. En effet, les avions actuels ont des performances très supérieures à ce qu’elles étaient lors de la genèse du projet. Air Austral a acquis deux Boeing B777-200LR capables de décoller à pleine charge de l’aéroport de Mayotte tel qu’il est. La compagnie annonce trois vols par semaine entre Paris et Mayotte à partir du 31 octobre 2011. Un quatrième vol hebdomadaire pourrait être envisagé. Corsairfly pour sa part dessert déjà Mayotte avec un aller Paris-Mayotte sans escale. Les rotations vont être portées à trois par semaine. Surtout, la compagnie vient d’annoncer qu e, sous réserve d’un aménagement très limité de la piste (40 mètres !), elle pourra desservir Mayotte avec des Airbus A330-200 capables de décoller depuis la piste existante vers Paris à pleine charge et sans escale.

Pour Michel Charpentier, président des Naturalistes, environnement et patrimoine de Mayotte : « S’obstiner dans la construction d’une piste longue serait du gaspillage d’argent public alors qu’il y a tellement d’autres urgences à Mayotte: l’assainissement, la résorption de l’habitat insalubre, la création d’équipements culturels, la construction d’établissements scolaires, l’ouverture d’un réseau de transport en commun, la recherche sur les énergies renouvelables, le raccordement au réseau haut débit… »

Pour Bruno Genty : «Les dégâts majeurs et irréversibles qu’elle causerait sur le lagon sont en totale contradiction avec le projet annoncé par un décret pris le 18 janvier 2010 par le Président de la République de création d’un Parc Naturel Marin classant le lagon de Mayotte. C’est pourquoi nous espérons que le débat public débouchera sur un avis négatif pour la construction de cette piste longue de l’aéroport de Mayotte. Bien pire, elle menacerait gravement les meilleurs atouts de l’île : sa biodiversité et son attractivité touristique. Ce projet serait également un obstacle au classement du lagon en tant que patrimoine mondial de l’humanité comme le demandent les Naturalistes de Mayotte».

France Nature Environnement et les Naturalistes, environnement et patrimoine de Mayotte, demandent aux pouvoirs publics et aux élus de reconsidérer leurs priorités et consacrer les investissements publics à des choix plus pertinents pour Mayotte. 

Source: France Nature Environnement.


Fermer Fermer

Publié le 04/03/2011 @ 08:18   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut